L'MAE

Le blog du MiroirAuxEssences. "Depuis plus de 10 ans, ma vie est consacrée à mettre les Huiles essentielles sur le chemin de la connaissance".

Libellés Phyto-Aromathérapie clic

Retourner à la page d'accueil

Végétarisme, le refuge des mal-portants et le mal des médecins

Aucun commentaire

Médecine allopathique ou végétarisme ?

Pour lui faire plaisir puisqu'il a été son associé


Ma mère, à l'âge de 24 ans, comme tout le monde,  se nourrissait suivant les principes d'une alimentation traditionnelle composée de viandes et poissons maigres, pâtes, pommes de terre, pain blanc, fromages, légumes fruits frais. Pas de nourriture plus équilibrée puisqu'elle la pesait !  De  temps à autre, des desserts cuisinés maison complétaient le repas car elle-même et son mari étaient gourmands.


Ma mère était une femme au foyer. Elle n'avait pas encore embrassé cette excellente Loi par laquelle nous ne devrions pas manger nos Amis les animaux. Le but de cette stratégie de pesée était, selon ses propres termes, la conservation d'un équilibre physique intellectuel, normal et productif. Quel paradoxe !


Ma mère, toutefois, malgré son jeune âge, ne parlait que de son état physique qui n'était pas, ce qu'il aurait dû être. L'asthénie, selon ses termes, l'envahissait ainsi que la fatigue. Épuisée par le moindre effort, un mal général semblait vouloir attirer sa vie vers le destin inorganique des choses. Elle maigrissait et son teint prenait une couleur jaune paille.


Ma mère se plongea alors dans des livres, en particulier celui de Jacques Ménétrier et elle finit par se retrouver à son image, dans son diagnostic de l'énergie, qu'il appelait "polarisation progressive des échanges organiques".


Y avait-elle trouvé des illuminations ? Car elle avait semblé avoir été déçue. Mais par quoi ?  Elle avait fait tant d'efforts pour chercher à comprendre la physiologie à travers son organisme et ceux de ses proches qu'elle alimentait ( son mari, sa fille, son fils), pratiquant à la fois l'empirisme et la méthode par des mesures, des observations, des expériences, mais celles-ci n'avaient servi à rien. Alors qu'elle avait jugé qu'une alimentation contrôlée allait pouvoir la guérir, elle se portait on ne peut plus mal ! Voilà qu'apparaissaient, à son grand désarroi, dans la glace, des formes cliniques de malnutrition. Des dystonies qui perturbaient son équilibre potentiel vital.


Ma mère, très inquiète, consulta un médecin,


S'agissait-il de l''originalité d'une femme bien mariée, oisive, ayant tout pour être heureuse et qui se cherchait des maux ? Pas sûr ! Le généraliste de Mérignac n'y alla pas par quatre chemins. Appelé à son chevet, il la tança même vertement l'interrogeant sur l'origine des dictionnaires de médecines qu'il voyait alignés à l'intérieur de sa tête de lit en merisier. Lui intimant l'ordre de les mettre immédiatement à la poubelle si elle ne voulait pas devenir neurasthénique. Mais il lui prescrit toutefois des analyses.


Ma mère fût appelée par le médecin pour les résultats. L'hémogramme révéla une anémie, une infection chronique, peut-être liées à une inflammation, causes de ses désordres pathologiques. Ses globules blancs était à 3400 par rapport aux 5000 d'un taux normal. La formule leucocytaire laissait apparaître 1 % monocytes (la normale était de 4), une éosinophilie discrète, 8 au lieu de 5, une leucopénie moyenne. Les polynucléaires neutrophiles étaient passés à 83. Le protéinogramme signalait les caractéristiques des globulines avec des normes inférieures pour toutes. Pour les normes de statistiques de biochimie, ce n'était pas mieux : le fer sérique 25 alors que la normale est 45. Magnésium, calcium étaient en dessous des constantes biologiques inférieures. Seul le cuivre présentait un pourcentage à peu près normal. La barre de floculation basse devait être remontée très vite. Sa vitesse de sédimentation était augmentée plus que la normale, sans pour autant être atteinte de maladie grave du sang, tuberculose ou  rhumatismes inflammatoires ou encore déjà cancer.


En termes clairs ces examens et actes l'exposaient dans ce que Marc Callum appelait "la zone crépusculaire de l'instabilité nutritive" à ce que certains auteurs contemporains ont nommé "la pré-maladie redoutable". (*)


Ma mère glissait vers la cachexie en raison de la pénurie de ses carences et de la dénutrition, si elle n'y prenait garde. Sans évoquer d'autres symptômes mineurs et gênants mais déjà présents malgré l'âge, constipation, mauvaises digestions, sommeil perturbé, nervosité, jusqu'à une irritabilité bien gênante pour les tiers.

L'alimentation pesée et équilibrée, objet de toutes ses vertus,  s'avérait un échec selon elle à moins qu'elle n'y attacha une importance démesurée, ce qui était encore une possibilité. Ce fût en fonction de tous ces paramètres qu'elle décida, de prêcher la qualité des aliments consommés plutôt que la quantité. C'était en déduire que la qualité de l'aliment devait avoir priorité sur la quantité ou ses dosages alimentaires, même strictement déterminés.


Ma mère décida d'une nouvelle approche. Puisque l'alimentation soigneusement équilibrée ne semblait plus lui convenir, elle allait tenter, graduellement,  de ne se nourrir qu'avec l'alimentation végétarienne.


Un changement constant d'alimentation n'est jamais souhaitable. Pour essayer d'aller mieux, et stimulée par certaines idées en vogue dans les réunions organisées par différentes associations, comme la "Vie Claire" et certaines conférences sur les problèmes de la santé, elle supprima la viande par intermittence puis complètement. Elle la remplaça par un apport de 100 à 150 g de céréales et 200/250 g de pain complet.                                                                                                                                                                                                      

Pour ma mère, tout occupée de sa santé : ce nouveau régime avec apport de céréales et pain complet établissait un bon équilibre phosphore/calcium avec 20 mg en plus, améliorait ses fonctions cérébrales et intellectuelles. "Elle a regrossi disait son mari, je l'avoue ; mais elle est de ces personnes qui ne sont occupées que d'elle-même et de leur santé et qui pensent que le genre humain doit se prosterner devant leurs piètres écrits".

Il se trompait sur le cas de sa femme car elle était encore souffrante, elle avait repris du poids mais avec, en prime, des digestions mauvaises car les nouveaux ingrédients de son alimentation entraînaient une surminéralisation. Pourtant, quand elle se mit aux jus de légumes, tout rentra dans l'ordre.

Ma mère avait découvert un nouvel équilibre alimentaire qui semblait lui convenir, il la transportait même et lui apportait des ressources vitales insoupçonnées, un bien-être, des forces, de l'entrain. Elle était convaincue et résolue, qu'elle les ressentait dans ses muscles, ses organes, dans son sang, son corps tout entier, l'alimentation rationnelle végétarienne respectait les principaux équilibres alimentaires et satisfaisait les besoins de son organisme. Pourquoi pas, après tout ! Les nouvelles analyses allaient dans ce sens. Les normes des statistiques étaient toutes remontées concernant les éléments de biochimie. Les globulines avaient réduits les écarts inquiétants et la VS était redevenue normale.


Ma mère révéla par la suite que ce qu'elle avait senti dans son cœur, l'avait plongée dans une certitude qui dépassait de très loin celle qu'éprouvaient les médecins de Mérignac quand, pédants et imbus de leurs savoirs, ils se voyaient dans les hautes sphères de la science des grands guérisseurs de l'humanité au chevet d'une malade, entre les bras de leurs confrères, environnés et pénétrés de la gloire de leur félicité.




Elle devint à compter de l'âge de 24 ans, définitivement végétarienne.








(*) Laquelle eut bien eu lieu à 70 ans.




Métabolisme

1 commentaire

L'alimentation végétarienne équilibrée peut être la solution si vous vous portez mal.



Pour les personnes intéressées par l'origine des causes d'une mauvaise santé, ou de maladies plus ou moins graves qui se déclarent dans notre vie, voici un fragment de l'exposé rédigé par ma mère dans son livre "Alimentation biologique rationnelle".

Pourquoi ?

Le corps vivant est un métabolisme


Pour digérer, assimiler, désassimiler un aliment glucidique, féculent, farineux, l'organisme met en activité les glandes salivaires, le pancréas, le foie, les muqueuses de l'estomac et de l'intestin.

Suivons le trajet de l'aliment


Transformé en glucose, chassé par le cœur dans les vaisseaux sanguins et lymphatiques, l'aliment arrive au foie par la veine porte (stade glycogène) et se transforme en glucose. Ce dernier va nourrir les muscles, mobilise la vitamine B1 en libérant de l'acide lactique, de l'acide carbonique et des déchets. Dans les capillaires pulmonaires, une nouvelle élaboration procède aux échanges oxygène-acide carbonique, tandis que l'eau rentre en mouvement, liant son sort à celui des éléments minéraux.

De l'aliment glucidique


Le muscle utilise l'aliment sucré pour créer l'énergie musculaire et thermique. Indirectement, il concerte son action avec des fonctions cérébrales. Le système cérébro-spinal communiquant avec les systèmes sympathiques, le métabolisme de l'aliment glucidique déclenche toutes les fonctions organiques. Stupéfiant à la fois dans sa complexité et son étonnante unité.

De l'aliment protidique


Lui, nécessite l'intervention d'autres ferments digestifs, pour se dégrader suivant la chaîne protéines/acides aminés. Ceux-ci se retrouvent dans le foie. Certains enzymes fournissent du glucose qui créent l'énergie, d'autres empruntent la voie sanguine pour aller soit entretenir, soit construire les protéines spécifiques des tissus. L'aliment protidique n'est pas complètement brûlé, laissant des résidus d'azote sous forme d'urée. Il faut l'intervention des reins pour éliminer l'urée. Si les fonctions rénales éliminatrices sont défectueuses, le taux d'urée augmente, d'où l'apparition des syndromes d'urémie, d'albuminurie.

Ménageons notre fonction rénale


Le fonctionnement du rein est sous contrôle de l'hypophyse des surrénales, par l'intermédiaire des autres glandes, qui elles-mêmes alertent la thyroïde. Tout l'ensemble glandulaire agit sur le système nerveux. Le métabolisme de l'aliment protidique implique la synergie de toutes les fonctions organiques.

Gardons notre vitalité


Lorsque la vitalité ne sert plus la vie comme il faudrait, à cause de l'hérédité, du potentiel vital acquis à la naissance, ou d'une mauvaise croissance, toute la physiologie perturbée provoque le dérèglement des équilibres biologiques.

Naissent alors toutes sortes d'insuffisances organiques, endocriniennes larvées, qui épuisent le système nerveux, provoquent des dérèglements vago-sympathiques ou des carences minérales. Les ferments digestifs absents ou en manque, déterminent un, processus d'auto-intoxication chronique, qui est le lot de la personne qui n'est plus en bonne santé.

Il y a  toutes les personnes qui développent des syndromes infectieux. Leur organisme ensemence des germes gram+ et gram-, des champignons, qui sont inoffensifs quand les défenses de l'organisme existent. Lorsque le terrain décline, ces germes deviennent pathogènes, engendrent des affections chroniques récidivantes, qui sapent la résistance de l'organisme, l'amène à un état d'épuisement.  La voie est ouverte aux graves maladies dégénératives, cancer, diabète ou autres.

Liste non exhaustive

Il s'agit :

- Des infections urinaires chroniques avec cystites,
- Des infections vaginales avec leucorrhées,
- Des infections intestinales chroniques ou aiguës, diarrhées chroniques, colites entérites, gastro-entérites, entéro-colites,
- Des infections bronchiques récidivantes,
- Des gingivites, pyorrhées alvéolo-dentaires,
- Des infections O.R.L., sinusites, rhino-pharyngites, angines, otites, laryngites à répétition,
- Des grippes en toute saison. Les rhumes des foins, l'asthme chronique,
- Des staphylococcies engendrant des infections cutanées, des surinfections séborrhéiques, acné, prurit, eczéma, psoriasis.

Il se trouve aussi les personnes en maigreur qui ne peuvent prendre du poids, en faiblesse, et pâleur, ressentant des douleurs diffuses. Rien ne peut expliquer ces états de déficience qui résistent à toute thérapeutique et dont on ne peut découvrir la cause.

Ce sont :

- Les personnes dévitalisés qui marquent un arrêt de développement des organes ou du squelette,
- Les sujets présentant des polycarences,
- Les déminéralisés qui ont une incapacité métabolique à l'égard des substances acides, soit endogène, soit apportée par les aliments,
- Les lymphatiques qui extériorisent des symptômes de frilosité, de fatigabilité, d'irritabilité nerveuse, les enfants agités, les personnes incommodés par le moindre bruit,
- Les décalcifiés qui font de la décalcification osseuse, des caries, de la mauvaise implantation dentaire,
- Les rachitiques présentant scoliose, cyphose, lordose. Lors des cries de décalcification, les urines sont chargées en phosphates,
- Les ptosiques qui ont des descentes d'organes, dolichocolon, mégacolon, problème d'estomac,
- Les arthritiques qui répètent des inflammations au niveau des articulations. Les terrains neuro-arthritiques. Les rhumatisants. Les goutteux qui récidivent des crises de goutte par une mauvaise métabolisation ou un excès d'acide urique,
- Ceux qui ont des hémorragies faciles, répétées, par des saignements de nez, saignement des gencives,
- Les plaies qui ne se cicatrisent pas, fissures suintantes, croûtes, glossite hypertrophie des amygdales, végétations adénoïdes, irritation du caecum, appendicite chronique,
- Les sujets nerveux qui suffoquent dans des toux spasmodiques et irritatives,
- Les émotifs, les vagotoniques, les personnes sujettes aux irritabilité de caractère, les anxieux, les consommateurs dépendants d'alcools et de drogues, les insomniaques,
- Les nerveux sujets aux crises de tachycardie. Les enfants nerveux de nature psychoaffective qui ont des terreurs nocturnes,
- Tous ceux qui mangent trop, ressentent la "faim ignorée", font des indigestions fréquences (enfant et adulte). Leur état de boulimie et de maigreur à la fois est motivé par des polycarences, un manque ou des insuffisances nutritives en nutriments. Un "facteur de révélation" mettra en évidence ce déséquilibre imprimé dans leurs cellules.
- Tous les insuffisants digestifs qui ressentent des brûlures d'estomac, de l'hyperacidité gastrique,
- Les insuffisants hépatiques, insuffisants biliaires, candidats aux crises de foie, aux ictères.
- Enfin, tous ceux qui "s'arrangent" à vivre dans un état de malnutrition ou de dénutrition. Les grands fatigués chroniques manifestant continuellement un déclin des forces, de la résistance.

Les dommages collatéraux de défenses immunitaires qui n'en sont plus


Leurs réactions de défenses immunitaires pour éliminer, pour désintoxiquer les humeurs sont très amoindries. Ce sont des formes sous-jacentes, souvent incomprises par des personnes non averties, par l'environnement familial.

Tous ces organismes malades sans le savoir vivent en marge de la santé, avec une vitalité si faible, qu'ils n'ont plus la force d'improviser des crises dépuratives (les maladies) pour éliminer les toxines et les déchets cellulaires. A l'issue de certaines échéances de plus graves maladies apparaîtront (cancer, diabète, albuminurie, urémie…) quand ce ne sera pas la dégénérescence irréversible, avec tous les effets secondaires.

Et si nous parlions de l'âge


Pour terminer cet exposé, il faut évoquer tous les états physiologiques qui abordent l'âge critique, l'âge des limites des tolérances des avertissements et des échéances.

Au moment des patriarches de l'ancien Testament, lesquels avaient une extrêmement longue durée de vie, il se trouvait aussi des géants sur terre.

Aujourd'hui, l'homme a changé,  parce qu'il est mal nourri avec des aliments "anti-physiologiques" dénaturés, conservés, aliments raffinés, pain blanc, viande, ce qui rejoint tout-à-fait les nouveaux courants Bios qui sont entrés dans tous les foyers et chez les jeunes.


L'alimentation végétarienne équilibrée


L'alimentation végétarienne équilibrée permettrait d'éviter entre autres, les accidents cardio-vasculaires et leurs conséquences, les artérites, l'hypercholestérolémie, l'hypertension artérielle, les insuffisances coronariennes génératrices d'infarctus du myocarde, les rhumatismes aigus qui atteignent  les articulations et mordent le cœur.

Elle serait la bouée pour éviter d'aller trop vite vers la vieillesse. Pour cela, il faudrait abandonner certaines habitudes alimentaires néfastes à notre organisme, retrouver la sagesse et le bon sens de cette alimentation dont la pratique s'était perdue dans la nuit des temps mais qui revient en force dans les Supermarchés, et qui nourrit les trois quarts de l'humanité. Pour y arriver, cela demande :

Le respect de plusieurs équilibres.


  1. Un équilibre général avec les aliments nourrissants. Le poids sec de ces aliments nourrissants constitue les 9/10è de la ration. Ces éléments indispensables sont en très faibles quantités. Ils constituent environ 1/10 du poids sec total de la ration. (*)
  2. Un équilibre entre les protides d'origine animale (caillé/fromage/œuf) et les protides d'origine végétale (céréales, pain, légumes secs),
  3. Un équilibre entre les matières grasses d'origine animale (beurre-vitamine A et D) et les huiles végétales où se trouvent les acides gras indispensables,
  4. Un équilibre entre le calcium (caillé/fromages/végétaux frais) et le phosphore (jaune d'œuf/céréales).
  5. Un équilibre entre les quantités de vitamines B (levures, germes de blé, sons de céréales, fruits oléagineux, jaunes d'œuf) et la quantité des sucres et des féculents (sucres-miels-confitures, féculents, légumes secs),
  6. Un équilibre entre les diverses vitamines qui doivent être absorbées chaque jour, mais jamais, pour chacune d'elles en excès, par l'absorption de médicaments chimiques,
  7. Un équilibre entre les divers minéraux et oligo-éléments, par l'absorption de végétaux verts.

Erreurs alimentaires courantes en matières d'alimentation


- Consommer trop de matières grasses,
- Oublier les légumes verts et les fruits frais (jus) pour la fourniture des vitamines, minéraux, oligo-éléments,
- Ne jamais consommer de lait caillé (ici on ne parle pas du yaourt mais du caillé) ni de fromages, ni de jaune d'œuf (exclusivement sans le blanc) pour les protides et le calcium,
- Abuser des sucres-confiture-miel.

Nous mangeons trop


Des auteurs célèbres férus de naturopathie ont toujours affirmé qu'on mangeait trop. Avec la viande, le poisson, l'alimentation est 3 ou 4 fois plus abondante que ce qu'elle devrait être. Il faudrait la réduire d'autant pour reposer l'estomac, faire des digestions complètes d'un repas à l'autre. Ce qui régénérerait les glandes endocrines, sécrétrices de l'appareil digestif. Si les menus étaient équilibrés, composés d'aliments biologiques, les rations journalières pourraient être très faibles.

Nous consommons des aliments non-qualitatifs trop calorifères


Ce qui importe comme conséquence nécessaire évidente, c'est de consommer des aliments de qualité biologique, des aliments frais, faibles en calories qui fournissent des sels minéraux, des oligo-éléments, des vitamines, des enzymes, acides aminés. Ces bio-catalyseurs permettront que les oxydations se fassent, entraînant assimilation et désassimilation de la ration. Ces nutriments nourrissent, permettent de diminuer la ration calorique, comblent les carences, équilibrent le système neurovégétatif. La régénération organique s'opère. Notre organisme n'est pas un calorifère qui appelle une "ration calorique importante". Il n'est point besoin qu'une substance soit calorigène pour être biologique.

Nos aliments sont dévitalisés


Il est prouvé que nous mangeons mal avec les aliments usuels de notre époque, pain blanc, pâtes, sucre, sel raffiné qui sont dévitalisés, dénaturés par la chimie des sols à pesticides, transformés par les techniques industrielles de raffinage. Ces aliments encrassent les filtres de l'élimination, imposent à l'organisme une assimilation et une désassimilation de "forçage", l'obligeant à prendre plus, ce qui use prématurément les organes. Ainsi, l'alimentation raccourcit la durée de vie.

Nous cumulons les surcharges glucidiques


La surcharge glucidique principalement par les sucres,  surmène le foie, le rend esclave de sa fonction glycogénique. Nous sommes presque tous des insuffisants hépatiques parce que notre organisme doit brûler le sucre et les farineux, à la combustion de notre vitalité. Nos forces se consument à l'azote de la ration et de nos tissus. Nous devenons fatigués, déminéralisés par excès de féculents et de sucres. Si le sucre est dynamogène pour le sportif, il épuise l'organisme qui possède de petits moyens énergétiques en fonction de son état déficient.

Nous sommes habitués au sucre


Une accommodation à l'abus de sucre provoque à la longue des changements organiques, conduisant à la détérioration de l'individu. Toutes sortes de maladies diathésiques se manifestent : diabète, urémie, rhumatismes, arthrites, tuberculose et même cancer, lequel serait plus fréquent chez les populations mangeant trop de sucre ou de produits sucrés. Différents travaux sur le sucre ayant établi que le glucose constituait un facteur de croissance de la malignité.


***/***


Récapitulatif un peu sectaire et intransigeant, on ne peut plus sans doute, à la limite de l'intrusion mais dont il serait bien dangereux de se passer, d'en d'oublier les fondements qui s'avèrent de la plus grande importance pour notre santé.




(*) Pour un adulte d'activité moyenne, une ration de 600 g. de poids sec donne environ :

- 30-40 g d'acides aminés indispensables,
- 2 à 3 g d'acides gras indispensables,
- 15-20 g d'éléments minéraux,
- 0,25 g de vitamines.







Les Huiles essentielles pour usage vétérinaire

Aucun commentaire



Nos petits compagnons


L'USAGE VÉTÉRINAIRE



Nos Amis méritent bien, au même titre que nous,  des soins naturels, les Huiles essentielles sont aussi leurs meilleurs alliés.

Les éleveurs devraient utiliser couramment les Huiles essentielles pour leurs propriétés cicatrisantes, antivermineuses, antiseptiques et bactéricides.

A titre d'exemple, l'essence d' Origan est 25 fois plus active que le phénol, l'essence de Thym 13 à 14 fois plus, l'essence de Cannelle,  environ 8 fois plus et l'essence de Citron environ 4 fois plus.

Sur le cheptel, elles inactivent et détruisent les virus, modifient le terrain en le désintoxiquant, le rééquilibrant, le réacidifiant.

Des doses très petites, quotidiennes, suffisent à maintenir les animaux au mieux de leur état de santé.

Les Huiles essentielles accélèrent la croissance des jeunes bêtes.

L'utilisation des Huiles essentielles en art vétérinaire peut se faire de 3 manières :

  1. L'application locale sur les plaies : Les coups, les brûlures, les piqûres de vaccination, de compresses d'eau bouillie imbibées d'Huiles essentielles. Pendant 2, 3 jours, imbiber avec 30 gouttes d'essence de Lavande ; Puis imbiber avec 30 gouttes d'essence de Lavande, Géranium, Cannelle, pour les 2, 3 jours suivants.
  2. Par usage interne. Généralement, on fait absorber 1 goutte pour 10-15 kg, de poids vif, 2 à 3 fois par jour.
  3. Par inhalation. Par respiration des aérosols. Au cours des grippes d'écurie, d'affections ou d'épidémies graves, dans les clapiers, afin d'éviter la myxomatose, on conseille de faire 2 à 3 séances d'aérosols par jour, pendant 4 à 5 jours de suite.

Les aérosols ont un étonnant pouvoir antiseptique, un pouvoir de dispersion envers les microbes spongieux, les virus cylindriques mille fois plus petits que les microbes. Les aérosols avec leurs particules d'un micron, enveloppent les microbes, les empêchent de se reproduire, neutralisent leurs toxines à réaction alcaline, finalement les détruisent ou modifient leur condition de développement.


ASSOCIATIONS D'HUILES ESSENTIELLES


Diarrhée des animaux :


Lavande, Verveine, Sauge, Géranium

Infections diverses chez les animaux :


Cannelle, Girofle, Eucalyptus, Pin

Alterner tous les 2, 3 jours avec :
Lavande, Menthe, Citron

Pour donner de l'appétit :


Huile de foie de morue et Sauge,
Thym, Romarin

Alterner tous les 2, 3 jours avec :
Carvi, Coriandre, Estragon
et
Fenouil, Anis.

En vermifuge :


Chénopode, Thym.

Alterner tous les 2, 3 jours avec :
Bergamote, Lavande
Faire prendre Extrait d'ail et d'oignons

Bronchite vermineuse des animaux de haut gabarit :


Térébenthine seule

Alterner tous les 2, 3 jours avec :
Térébenthine, Pin.

Dans 1/2 litre de lait, ajouter :
15cc. Térébenthine, Pin

Donner 2, 3 fois par jour à un animal de 150 à 200 kg.





Les auteurs de comptes rendus anonymes

Aucun commentaire

La méchanceté en blogosphère


UNKNOWN



"Un auteur de comptes rendus anonyme est quelqu'un qui ne veut pas défendre ce qu'il relate au monde ou ce qu'il tait sur les autres et leur travail : aussi ne donne-t-il pas son nom.

Un auteur de comptes rendus anonyme, il faut le considérer a priori comme un escroc qui a pour but de nous duper. Conscients de cela, les auteurs de comptes rendus de journaux littéraires honnêtes signent tous de leur nom.

Lorsqu'il s'agit d'attaquer, M. l'Anonyme est tout simplement M. Fripon.

"Canaille, donne ton nom ! Car s'attaquer masqué et camouflé à des gens qui se promènent à visage découvert, c'est quelque chose que ne fait pas un homme honnête : c'est bon pour les mauvais garçons et les fripons".

- Donc : "Canaille, donne ton nom ! (…)

Tolèrerait-on qu'un homme masqué harangue le peuple ou veuille prendre la parole devant une assemblée quelle qu'elle soit ? Et surtout s'il s'attaquait à d'autres personnes et les accablait de blâmes ? Ses pas vers la sortie ne seraient-ils pas accélérés aussitôt par des coups de pied au derrière venus d'ailleurs ?

Celui qui écrit et polémique anonymement risque eo ipso d'être soupçonné de vouloir tromper le public ou de s'en prendre à l'honneur d'autres gens sans s'exposer lui-même.

C'est pourquoi toute allusion à un auteur de comptes rendus anonyme, même faite en passant et sans volonté de blâmer, ne devrait se faire qu'à travers des épithètes telles que "le lâche gredin anonyme ici et là" ou "le fripon anonyme masqué dans telle revue", etc. C'est là vraiment le ton convenable et approprié pour parler de tels gaillards, afin de leur faire perdre le goût du métier.

Il est une impertinence particulièrement ridicule propre à ces critiques anonymes : ils parlent comme les rois, en disant nous (ou dans le cas présent il serait bon) ; alors qu'ils devraient parler non seulement au singulier, mais au diminutif, oui à l'humilitif, par exemple "ma misérable personne, ma nullité, ma lâche finasserie, mon incompétence camouflée, ma pauvre crapulerie", etc.

C'est ainsi qu'il convient de parler à ces vauriens masqués, ces reptiles dont les sifflements sortent du trou sombre d'une "feuille de chou littéraire", aux agissements desquels il faut enfin mettre un terme.

Moi, pour ma part, je préfèrerais diriger un casino ou un bordel plutôt qu'une telle tanière de critiques anonymes".



Rien ne semble manquer à  ces fragments de l'excellent texte du livre Seuil d'Arthur Schopenhauer "l'Art de l'insulte".


Formules associations Huiles essentielles, Fonctions gynécologiques, Syndromes endocriniens

Aucun commentaire


Consulter dans l'article :

Femmes


Hommes


Général


__________________________________________________________________________________

Additif complexes aromatiques formulaires

Utilisation, comment procéder


Quantités toujours indiquées en Millilitres

Pour stimuler les fonctions hormonales et les glandes

    
Orignal picture by User:FuelBottle ; translation to French by myself.


Maladies féminines


FEMMES


Parmi les essences régularisant et favorisant les règles, il faut mentionner les plantes suivantes : 


Rue, Valériane, Armoise, Basilic, Cannelle, Cumin, Lavande, Mélisse, Menthe, Sabine, Sclarée, Thym, etc


La Dysmnorrhe est une maladie de la femme, accompagne de troubles neurovgtatifs et de dyspepsie.

Formules associations Huiles essentielles, Fonctions dépuratives du sang

Aucun commentaire
germes pathogènes

Additif complexes aromatiques formulaires

Utilisation, comment procéder


Quantités toujours indiquées en Millilitres

LES GERMES PATHOGÈNES

Ceux du groupe GRAM+ :

Entérocoques - streptococcus faecalis -
streptocoque blanc - staphylocoque doré - streptocoqueBhémolitique - pneumocoque -

Ceux du groupe GRAM- :

Escherichia-coli ou colibacille pathogène.

Autres groupes :

Groupe des proteus - Groupe alcalescens dispar (pathogène limité) - Corynebacterium - xérose (pathogène limité) - Neisseria flava (pathogène limité) - klebsiella-var-oxytoca (pathogène limité) - Méningocoque - Gonocoque - Bacille du charbon - Pseudomonas aeruginosa ou bacille pyocyanique (le plus résistant aux antibiotiques).

Groupe des champignons :

Candida Albicans - Candida tropicalis - Candida subtropicalis.



INFECTIONS DU SANG DUES A DES GERMES 

Les fonctions dépuratives du sang les coordonnent.

Chez les malades anergiques, ces germes microbiens s'installent, épuisent leur organisme en leur provoquant des infections nombreuses, chroniques ou subaiguës :

  • Infections intestinales chroniques ou aiguës avec colites, diarrhées ou constipations,

  • Infections urinaires avec cystites,

  • Infections vaginales avec leucorrhées chroniques tenaces,

  • Bronchites chroniques ou aiguës,

  • Sinusites et rhinopharyngites à répétition ou avec des complications,

  • Grippes,

  • Infections,

  • Surinfections séborrhéiques,

  • Dermatoses rebelles récidivantes

  • Acné dû à des staphylococcie cutanées,

  • Gingivites et pyorrhées alvéolo-dentaires,

  • Candidoses

  • Mycoses dues au Candida albicans.

TRAITEMENT AUX HUILES ESSENTIELLES


Dans ces cas pathologiques, il est indispensable de pratiquer une thérapeutique aromatique en choisissant des plantes et Huiles essentielles possédant des pouvoirs anti-infectieux et constant, anti-microbien, bactéricide, bactériostatique, anti-fongique et anti-mycosique.

Les germes pathogènes seront tués et infertilisés par des mélanges d'Huiles essentielles les plus actives et spécifiques.

Infections microbiennes :

Utiliser en priorité : 

L'origan, Thym, Cannelle, Sarriette, Girofle


Puis : 

Possédant des propriétés légèrement moins actives :

Cajeput, Pin.

Contre le Candida albicans pour une activité fongicide :

L'Huile essentielle de Géranium.

POSOLOGIE

Alterner les applications sur la peau des mélanges d'Huiles essentielles suivants :

- Pendant 2/3 jours, faire des frictions le long de la colonne vertébrale avec

Origan,  Thym,  Sarriette.

- Les 2/3 jours suivants, utiliser :

Cannelle,  Girofle,  Cajeput,  Pin.

MALADIES DU SANG :


Anémie, Leucémie, Polynucléose, Eosinophilie, Lymphocytose, Monocytose, Agranulocytose, Suppurations, Infections locales, Fièvres, Lymphatisme.

TRAITEMENT

Appliquer les mélanges suivants en frictions.

Sélectionner alternativement tous les trois jours :

- Origan, Thym, Sarriette.
et
- Cannelle, Girofle, Pin, Lavande.
et
- Thym, Romarin, Lavande, Sauge-sclarée, Géranium.

Scrofulose des enfants. Lymphatisme, Adénites :

- Lavande, Pin, Romarin.

Alterner tous les 2/3 jours avec :

- Camomille seule
et
- Lavande, Sauge-sclarée.









Formules associations Huiles essentielles, Fonctions diurétiques

Aucun commentaire

Additif complexes aromatiques formulaires

Utilisation, comment procéder



Maladies rhumatismales, Copyright !





La naturopathie permet de lutter contre les phénomènes d'encrassement en nettoyant totalement l'organisme.

Ces fonctions organiques :


Il s'agit ni plus ni moins des déchets de l'organisme, acide urique et urates qui se déposent dans les articulations, les muscles, sur les nerfs, ou au niveau de l'appareil urinaire. Les conséquences sont multiples, entre 'autres et en premier l'arthrite qui est une congestion du système digestif de substances toxiques acides permettant à l'organisme de développer cette maladie.


Viennent ensuite toutes les maladies diathésiques : arthritisme, arthrose, coxarthrose, arthrose cervicale, rhumatismes articulaires aigus, rhumatismes chroniques, goutte, sciatique, les lithiases biliaires, les lithiases urinaires rénales avec les calculs, les cystites, les cholécystites, les pyélonéphrites.




Sciatique :



Cajeput 7, Pin 13.
Térébenthine, Pin, Cajeput.

Alterner tous les 2/3 jours avec :

Camomille seule.


Crise de goutte, Névralgies rhumatismales aigües,

Anti-douleurs, anti-inflammatoire :


Bouleau, Genièvre, Pin.

Alterner avec :

Camomille (voir ci-dessous).
et
Genièvre, Pin, Sassafras.


Crise de goutte :


Il s'agit de provoquer une action anti-inflammatoire et antalgique.

Camomille seule diluée à 40 % :

en friction sur les zones douloureuses toutes les 8 heures. 

Alterner avec :

Genièvre 9,
Camomille 9.
ou
avec la formule suivante qui a également une action désensibilisante : 

Pin 4,
Camphre 4,
Genièvre 6,
Camomille 6.


Lithiase biliaire, Lithiase rénale, Coliques néphrétiques, Sable, Calculs, Gravelle.
Tous syndromes hépato-entéro-rénaux. Cholécystites, Pyélonéphrites.

Toutes maladies diathésiques :


Bouleau, Genièvre, Romarin.

Alterner tous les 2/3 jours avec :

Genièvre-baies, Pin, Laurier.
et
Pin, Térébenthine, soufre.


Colibacillose. Cystite :

Origan,           : 1 ml
Thym,            : 1 ml
Girofle,          : 1 ml
Cannelle,       : 1 ml
Santal,            : 1 ml
Myristate d'Isopropyle : 25 ml
Dilution        : 15 %

Arthrose, rhumatismes inflammatoires :

Thym,             : 4 ml.5
Genièvre,        : 6 ml
Origan,            : 4 ml.5
Cyprès,            : 4 ml.5
Myristate d'Isopropyle : qsp 80 ml
Dilution          : 20 %

Alterner tous les 2/3 jours avec :

Origan, Pin, Genièvre-baies.
Cyprès, Gingembre.

Arthrose cervicale :


Genièvre 13, Sassafras 6. Arthroses.

Prostatite, Hypertrophie de la prostate, Incontinence d'urine :


Pin, Thuya.

Infection génito-urinaire :

Genièvre-baies, Pin, Santal.

Alterner tous les 2/3 jours avec :

Genièvre-baies, Santal, Eucalyptus, Niaouli.

Cystite avec colibacillose, Blennorragie, Métrite non gonococcique :

Camphre, Santal.

Alterner avec :

Sarriette, Romarin, Menthe, Thym.
et
Genièvre-baies, Camomille, Thym.


Blennorragie :

Lavande, Santal, Cèdre.


Dorsalgies. Foulure. Entorse. Fracture :


Camomille 7, Genièvre 7, Lavande 5.


Rhumatismes chroniques, Rhumatismes articulaires aigus, Crampes musculaires, toutes formes de rhumatismes inflammatoires. Névralgies. Lumbagos. Douleurs de la musculature.

Arthrite. Arthrose. Coxarthrose. Lumbago :

Une formule qui développe des effets polyvalents pour toutes douleurs et algies rhumatismales :

Camomille 7, Genièvre 6, Cajeput 6. 

Quatre formules qui peuvent être prises en alternance tous les 2-3 jours :

Camomille 6, Genièvre 6, Serpolet 4, Pin 4.
Cajeput 4, Origan 4, Genièvre 5, Bouleau 3, Camomille 3.
Camomille 5, Romarin 2, Genièvre 4, Origan 4, Cajeput 4.
Géranium 5, Gingembre 4, Serpolet 5, Genièvre 5. 

Autre formule :

Thym,                     : 4 ml.5
Menthe,                  : 4 ml.5
Genièvre,                : 4 ml.5
Cajeput,                  : 4 ml.5
Myristate d'Isopropyle : qsp : 82 ml
Dilution,                 : 18 %


Toutes les formes de rhumatismes indiquées ci-dessus, mais avec des crampes, entorses ou foulures :


Menthe 3, Thym 5, Genièvre 8, Cajeput 4.



Toutes les formes de rhumatismes inflammatoires indiquées plus haut, mais combinées avec les maladies de la nutrition.

Lithiases, syndromes hépatorénaux.


Trois formules à prendre en alternance :

Camomille 7, Pin 5, Genièvre 7.
Genièvre 7, Bouleau 4, Romarin 4, Pin 4.
Romarin 4, Origan 5, Genièvre 7, Cajeput 4. 


Syndromes rhumatismaux liés à des symptômes circulatoires : 


Thym 4, 
Genièvre 7, 
Origan 4, 
Cyprès 5. (1)


    
(1) Les essences ont une diffusibilité étonnante. Il a été relaté dans certaines publications qu'il suffisait de raser une petite surface de la tête d'un cobaye et de la frotter avec un peu d'essence de lavande pour qu'une demi-heure plus tard, à l'autopsie de l'animal, les reins sentent la lavande, il en est de même, que la voie d'introduction des essences soit "per os", intra-musculaire ou intra-veineuse, rectale, vaginale, percutanée ou par inhalations.


Formules associations Huiles essentielles, Fonctions circulatoires

Aucun commentaire

Additif complexes aromatiques formulaires

Utilisation, comment procéder


Sclérose des artères aortes coronaires cérébrales et ses conséquences :

Thym, Romarin, Cyprès, Sauge-sclarée.

Hypertension artérielle :

Marjolaine, Lavande.

Hypotension avec œdème, enflure, gonflement, crampes :

Thym, Romarin, sauge-sclarée.      

Artério-sclérose, Ménopause :

Bouleau, Cyprès, Sauge-sclarée.

Cellulite avec excédent de poids, Arthritisme, Rhumatismes. Mauvaise circulation. Varices. Ménopause. Pré-ménopause. Insuffisance hépatique et digestive :


Thym, Romarin, Bouleau, Cyprès, Genièvre.

Alterner tous les 2/3 jours avec :

Sauge-sclarée, Cyprès,
ou :

Romarin    : 5 ml
Origan       : 3 ml
Bouleau     : 2 ml
Genièvre    : 4 ml
Cyprès       : 5 ml
Myristate d'isopropyle : qsp : 81 ml
Dilution : 19 %.

Peau d'orange des cellulalgies :

Verveine, Menthe, Lavande, Romarin.
(En application locale).

Excès de cholestérol :

Romarin, Bouleau.

Excès d'urée :

Genièvre, Bouleau.

Excès d'acide urique :

Romarin, Thym, Citron.


Diabète, Hyperglycémie :


Genièvre       : 6 ml
Géranium      : 6 ml
Eucalyptus    : 6 ml
Myristate d'Isopropyle : Qsp : 82 ml
Dilution : 18 %.


Fragilité capillaire,

Mauvaise circulation périphérique chez les hépatiques, les athéroscléreux et les insomniaques :

Prendre en alternance deux formules :

Lavande 4, Citron 4, Cyprès 8.
Lavande 4, Cyprès 8, Bigarade 5.
Citron 4, Lavande 4, Serpolet 8.


Hémorragies

Géranium 10, Rose Bois 5, Cyprès 5.

Hémorroïdes

Cyprès 10, Genièvre 5, Citron 4.

Mouches volantes

Citron 7, Genièvre 7


Varice,
Ulcère variqueux. Jambes lourdes :

Dans ce cas, il faut générer une vaso-constriction.


Prendre en alternance les deux formules suivantes :

Lavande 6, Cyprès 6, Serpolet 6.
Cyprès 8, Camomille 4, Origan 4.

Maladie du sang :


Origan      : 3 ml
Thym        : 3 ml
Sarriette    : 3 ml
Cannelle   : 3 ml
Girofle      : 3 ml
Myristate d'Isopropyle : Qsp : 85 ml
Dilution    : 15 %.

   









Formules associations Huiles essentielles, Fonctions cardiaques

Aucun commentaire

Additif complexes aromatiques formulaires

Utilisation, comment procéder


Faiblesse et fatigue cardiaque

Fortifiant des muscles du cœur :

Lavande : 1 ml.5
Marjolaine : 1 ml.5
Bigarade : 1 ml.5
Myristate d'Isopropyle : qsp : 26 ml
Dilution : 14 % env.

Insuffisance cardiaque. 

Insuffisance mitrale. Asthme cardiaque :


Marjolaine, Cyprès.
Alterner tous les 2/3 jours avec :
Marjolaine, Romarin.

Troubles du rythme cardiaque :

Trois formules à prendre en alternance :

Marjolaine 8, Cyprès 8.
Marjolaine 8, Bigarade, 8.
Camomille 10, Menthe 5.        

Palpitations :


Lavande, Marjolaine.

Extra-systole, Arythmie avec dyspepsie :

Géranium, Basilic, Thym, Origan.

Acouphène. Sifflement. Bourdonnement d'oreille. Surdité :

Trois formules à prendre en alternance :

Camomille 7, Genièvre 11.
Bois de Rose 6, Camomille 6, Genièvre 5.
Sarriette 6, Camomille 10.

Collapsus, Syncope :

Camphre seul dilué à 20 %.  


Extra-systole 

intriguée avec dyspepsie :

Trois formules à prendre en alternance : 

Géranium 5, Basilic 6, Thym 4, Origan 3.
Lavande 4, Marjolaine 6, Bigarade 8.
Bigarade 9, Cyprès 8. 

Hypercholestérolémie :

Romarin 8, Bouleau 10.

Hypertension :

Lavande 7, Marjolaine 7, Citron 5. 

Hypotension, troubles avec œdème, enflure, crampes, fatigue :

Pin 6, Thym 7, Romarin 6.  
ou
Sauge sclarée : 2 ml
Romarin         : 2 ml
Thym             : 2 ml
Myristate d'Isopropyle : qsp 24 ml
Dilution         : 18 %