Par sa teneur en matières minérales, en beurre, en lactose et en substances protéiques, le lait de chèvre ressemble beaucoup au lait de vach...

Le lait de chèvre

/
0 Comments
Par sa teneur en matières minérales, en beurre, en lactose et en substances protéiques, le lait de chèvre ressemble beaucoup au lait de vache.

La panacée alors ?

Pas vraiment
Chèvre




La composition moyenne du lait de chèvre établie d'après de nombreuses analyses est approximativement la suivante :


Densité 1,031


Extrait sec .................... 140 g par l            
Cendres .................... 8 g par l
Lactose anhydre .................... 47 g par l
Beurre .................... 48 g par l
Matières protéiques et extractives  

.................... 37 g par l




Celle du lait de vache est celle-ci. Ces résultats sont ceux de Lajoux sur des vaches de race Hollandaises. Prélèvements dans la région de Reims :

Densité à + 15 ° 1030.8

Extrait sec .................. 125.32 g par l                    
Sels minéraux .................. 7.29 g par l
Lactose anhydre .................. 45.98 g par l
Beurre .................. 36.08 g par l
Matières protéiques et extractives   .................. 33.97 g par l
Eau

.................. 907.48




La race exerce une certaine influence sur sa composition :


- Ainsi le lait des chèvres maltaises est plus riche en matières nutritives que celui des chèvres pyrénéennes ou murciennes et surtout que celui des races alpines ou suisses. Aussi ces dernières sont-elles préférables aux premières, principalement lorsqu'on décide de l'allaitement artificiel des nouveau-nés ou des très jeunes enfants dont l'appareil digestif doit être ménagé (Barbellion).


Un lait moins nutritif :


En sélectionnant les chèvres et en les alimentant d'une façon spéciale, on a cherché à rapprocher la composition du lait de chèvre de celle du lait de femme. Mais les laits ainsi modifiés restent, tant par leur composition que par leur digestibilité, bien moins comparables au lait de vache qu'au lait de femme.

Un seul avantage, moins de transmissions :


Le seul avantage que présente le lait de chèvre sur le lait de vache, c'est qu'il expose moins le nourrisson aux dangers de l'infection tuberculeuse : non pas parce que la chèvre ne présente jamais de Tuberculose (celle-ci, selon Moussu, à pu lui être communiquée facilement), mais parce que sa manière de vivre en plein air ou principalement en dehors des étables, la préserve, plus que la vache, de cette maladie.

Il faut rappeler toutefois qu'en Algérie et dans les régions voisines, le lait de chèvre est souvent le vecteur de transmissions d'une fièvre due au Micrococcus melitensis.

L'allaitement par le lait de chèvre n'est en effet qu'exceptionnellement prescrit : là où le lait de femme et le lait de vache de bonne qualité manquent ou bien dans certaines maladies du nourrisson où l'allaitement au pis de la chèvre est particulièrement indiqué (Fournier).




Ces techniques d'allaitement artificiel n'ont, bien évidemment, plus cours, mais leur intérêt historique (dans nos régions, elles sont abandonnées depuis plus de 50 ans) ou sociologique (elles sont pratiquées encore dans certains pays du Tiers-Monde) exige d'être signalées.
























Vous aimerez aussi

Show Comments: OR
      

Aucun commentaire:

Le petit garçon malade
ne veut plus regarder les images,
il ferme ses yeux las;
il laisse ses mains chaudes
traîner sur le drap.

Sa mère ouvre la fenêtre
et le rideau blanc se balance
sur la rue, ce soir de mai.
Il entend jouer les autres
qui sautent à cloche-pied
en criant sur le trottoir.
Alors il tourne la tête
et pleure en silence
dans don petit bras plié.