ANNUAIRE POUR LES NULS REPONSE DU MIROIRAUXESSENCES

Au sujet de tes posts (Annuaire nul).

/
2 Comments
ANNUAIRE POUR LES NULSREPONSE DU MIROIRAUXESSENCES


Le plus nul des annuaires

Annuaire citron




 




Il y a de quoi trembler pour les années futures. Avant qu’ils ne prenne totalement le pouvoir.



Lemiroirauxessences



PS : Deux précisions :

Un, les huiles essentielles ne se sniffent pas, elles sont faites pour guérir.

Deux, ce n'est pas parce qu'on travaille dans une entreprise de spiritueux, qu'on en consomme !  A bon entendeur



Vous aimerez aussi

Show Comments: OR
      

2 commentaires:

  1. Droit de réponse à Domi, OK mais que je sache dans mon com je ne t'ai pas enterré, ni traité de sotte, autant que je me souvienne j'ai juste dis que tu pouvais avoir du caractère, quoique j'ai le mien aussi !!!!
    MAIS LÀ, je n'apprécie guère cette mise en cause à mon égard.Je ne t'ai rien demandé, tu as insisté, j'ai accepté.
    J'aime ton blog et les conseils que tu y donnes, mais déçue de cette facette de ta personnalité.
    Pas grave, je tourne la page, et te souhaite une belle soirée.
    Tiens je te mets ma phrase préférée..
    "Entre ce que je pense, ce que je veux dire, ce que je crois dire, ce que je dis, ce que vous voulez entendre, ce que vous entendez, ce que vous croyez en comprendre, ce que vous voulez comprendre, et ce que vous comprenez, il y a au moins neuf possibilités de ne pas se comprendre."
    Namasté

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Josiane,

      Je sais que tu es quelqu'un de très bien, j'ai beaucoup d'estime pour toi et ton blog.
      J'espère que tu comprendras que j'ai vraiment été obligée d'écrire une réponse.
      Je savais déjà que tout débutait, toujours, par une incompréhension. Tu as très bien fait de le rappeler ici.
      Merci pour ta visite et ton com, grand plaisir, comme toujours, de te lire.

      A bientôt,
      et passe une très belle soirée,
      Geneviève

      Supprimer

Le petit garçon malade
ne veut plus regarder les images,
il ferme ses yeux las;
il laisse ses mains chaudes
traîner sur le drap.

Sa mère ouvre la fenêtre
et le rideau blanc se balance
sur la rue, ce soir de mai.
Il entend jouer les autres
qui sautent à cloche-pied
en criant sur le trottoir.
Alors il tourne la tête
et pleure en silence
dans don petit bras plié.