"L'éminent Professeur MOURIQUAND de la Faculté de Médecine de Lyon, dans une de ses conférences, a eu l'occasion de nous fair...

Les principes d'une alimentation équilibrée

/
7 Comments
"L'éminent Professeur MOURIQUAND de la Faculté de Médecine de Lyon, dans une de ses conférences, a eu l'occasion de nous faire savoir : " Qu'une alimentation uniforme, réduite à un petit nombre d'aliments, est le plus souvent une alimentation déséquilibrée. Or, le déséquilibre alimentaire est facteur de déséquilibre nutritif et d'auto-intoxication sévères." Sachons parfois manger végétarien ! "


Une nourriture insuffisante et mal équilibrée est génératrice de graves troubles amenant des maladies diverses, anémie, provoquant des faiblesses



A la suite de la découverte des savants du XIXe siècle sur le fonctionnement du corps humain, des expériences d'alimentations ont été réalisées sur des animaux. Et ces résultats ont été sans équivoque, ces recherches expérimentales ont permis de répondre à trois questions.

La première quid des substances nutritives qui sont indispensables au bon fonctionnement de l'organisme ?

La seconde quelles indications pour lutter contre les maladies nous préservant de troubles graves dus aux carences d'une mauvaise alimentation ?

Quid enfin de la connaissance des raisons qui nous pousse à vouloir adopter une alimentation saine et équilibrée pour être en bonne santé ?

Repas équilibré

  

Quelles sont les substances indispensables à la croissance et à la vie ?


Sels minéraux et vitamines. En dehors des substances énergétiques qui apportent la force et qui sont le sucre, les féculents, les matières grasses, les substances azotées, il y a d'autres éléments aussi importants. Il s'agit des sels minéraux et des vitamines : si l'une de ces vitamines vient à manquer régulièrement, nous présenterons des troubles graves parfois suivis de mort ; si l'une d'elles se trouve constamment dans la nourriture en trop faible quantité, la maladie ne tardera pas à apparaître.

Expériences par des chercheurs. D'innombrables expériences ont été réalisées sur des animaux auxquels on a ôté telle ou telle substance indispensable ; on a alors étudié minutieusement les effets de cette "carence" sur la santé et c'est ainsi que l'on a pu mettre en évidence la nécessité d'avoir un bon équilibre alimentaire.

Mémoire. Des animaux nourris avec un régime déséquilibré en apparence, mais appliqué pendant longtemps, ne laissent pas apparaître de symptômes importants, puis, brusquement, se mettent à présenter des troubles accentués.

Les aliments protecteurs. Une alimentation mal équilibrée peut provoquer à la longue des troubles insidieux, lesquels se transformeront  en maladies graves si l'organisme doit lutter contre un agent extérieur (infectieux) ou un facteur intérieur (croissance trop rapide, grossesse). Nous connaissons donc les éléments nutritifs indispensables à la santé, mais, nouvelle question posée,  où les trouver ?


Aliments protecteurs



Les substances indispensables à la vie se trouvent dans les aliments dits protecteurs ou aliments complets.

Parmi ces aliments :

- le lait : contient des substances azotées de haute qualité, des sels minéraux, des vitamines,


- les fromages : où se retrouvent les constituants du lait,

- les œufs : riches de substances indispensables à la vie (hormis la vitamine C),

- les céréales : à noter qu'un pain ne doit être ni trop blanc (manque de vitamines et de sels), ni trop complet (indigeste pour les estomacs délicats en raison de l'excès de cellulose),

- les légumes : frais de préférence (ne pas oublier d'ajouter du persil pour son Fe et ses vitamines, surtout la vitamine C et les provitamines A), cuits à la vapeur, au four ou en crudités.

- les fruits : riches en vitamines et sels minéraux. Consommer les fruits acides (oranges, ananas, pamplemousses, en quantité modérée et loin des heures de repos : la vitamine C qu'ils contiennent joue un rôle d'excitant.





Manger équilibré

Chaque repas doit comporter suffisamment d'aliments alcalinisants pour équilibrer les aliments acidifiants. Faute de quoi, l'organisme serait obligé de puiser dans ses réserves basiques (dents, cheveux, os) pour rétablir l'équilibre du sang. Les aliments alcalinisants sont en général tous les aliments crus et toutes les céréales non raffinées. Alors que les viandes, les poissons, les gibiers, le sucre blanc, la farine blanche sont acidifiants.



Notions de végétarisme

A ces aliments dits sécuritaires, peuvent s'associer des aliments azotés soit viande et poisson, mais non indispensables si on réalise chaque jour un équilibre satisfaisant avec les aliments protecteurs énumérés ci-dessus. Nous sommes devenus de gros consommateurs dans le domaine de la viande. Au fil des années le système nutritionnel végétarien devient convenable. Il faut aussi savoir que la viande de mouton et d'agneau et les fruits de mer sont les plus pauvres en cholestérol.



Aliments de bonne qualité

Il est utile de savoir se poser la question de la bonne qualité de ce que nous consommons chaque jour. Les producteurs, les magasins, la Grande Distribution, toute la chaîne alimentaire sont préoccupés par les questions de rendement. C'est la raison pour laquelle il est nécessaire de se pencher sur la traçabilité des aliments incluant la méthode d'élevage des animaux pour la viande que nous consommons mais également la composition des sols dans lesquels poussent les végétaux en rapport aux produits phytosanitaires, pesticides employés. Sans connaissance de la fourche à la fourchette, il faut s'attendre à des répercussions inévitables sur la qualité des aliments qui sont offerts au consommateur.




***



En conclusion il faut savoir choisir ce que l'on mange. Diminuer ou supprimer tous les dévitalisants : café, alcool, thé, sucres blancs, pâtisseries du commerce charcuteries, cola, limonades, sirops, bonbons. Il faut manger moins d'aliments raffinés et davantage d'aliments complets, utiliser les huiles de première pression à froid, les céréales complètes, le sel gris, le sucre roux cristallisé et faire les justes choix alimentaires en fonction des aliments énumérés ci-dessus.






Sources : familiales




Vous aimerez aussi

Show Comments: OR
      

7 commentaires:

  1. Nessa
    22/06/2013 22:15:33

    ah tiens je croyais que le mouton fesait partie des viandes les plus grasses ??

    tres bon article, sympa ce partage bisous

    ps: en ce qui concerne le vegetarisme je suis pour mais j'aime trop la viande par contre pour être vegetalien il parait que c'est tres lours parce qu'il faut prendre des comprimé de B12 je crois ce que peut de sites disent; je trouve par ailleurs les végétalien= vegan hyper intolerant envers les omnivores par exmple le site d'insolent veggie http://insolente0veggie.over-blog.com/ qui me fait rire et pleurer à la fois! bisous bon dimanche

    RépondreSupprimer
  2. ArdwenGifibrille
    17/04/2013 14:10:54
    Régime? Non! Rééquilibrage alimentaire! Nouvelles habitudes!

    D'abord, ôter les grignotages intempestifs, qui font vite parti des habitudes quotidiennes, et que l'on transforme presque en traditions quotidiennes pour se déculpabiliser de les pratiquer : l'apéro de 18h30, sous prétexte de décompresser d'une grosse journée, avec renfort de chips, gâteaux salés en tous genres, fruits secs salés, et potentiellement, le verre d'alcool ou de soda super sucré pour aller avec...

    Curieusement, au début, c'est dur, on a vraiment l'impression de se priver d'un vrai plaisir (dixit la cigarette...), c'est même frustrant, et c'est un vrai effort, quand on fait les courses de contourner le rayon, et plus encore, d'apprendre à ne surtout pas faire de réserves de ces genres de produits!

    En environ trois mois l'habitude a été rayée et, sincèrement, aujourd'hui, non seulement ça ne manque pas, mais le peu de fois qu'on y met le nez, dans ces choses, c'est vraiment trop gras, trop salé, en somme, beurk...! Si si, je vous jure!!

    A la place, les apéros sont désormais ciblés sur de vrais évènements, et on a changé la formule : apéro dinatoire, avec jambon blanc dans lequel on met un fromage persillé à tartiner, rouler le jambon, couper en tronçons, déguster, crevettes, tarama, avocat méxicain à tartiner, petites tomates ou tomates coupées en morceaux à manger avec des petites piques, etc. Fi des choses salées, et ça passe super bien, tout le monde est content!

    Pour le reste : réapprendre à doser le contenu de son assiette!

    En France, c'est culturel, on mange trop en quantité, quand on va chez les gens, on ne nous fait pas manger, on nous gave comme des sacs -vous reprendrez bien une deuxième assiette??- que c'en est une horreur parfois!

    RépondreSupprimer
  3. suite commentaire Gifibrille du 15 février 2014
    Donc, reprendre une portion raisonnable pour un repas, ne pas reprendre une deuxième assiette systématiquement, ne pas sur-doser non plus l'assiette au point qu'elle déborde! Ne pas hésiter à laisser le trop, il suffit de mettre un film plastique, et au frigo, on finira au prochain repas! Il ne faut pas culpabiliser si on ne termine pas absolument, c'est une erreur! Savoir écouter son appétit, ce n'est pas une tare!

    Respecter aussi la limite de celui des autres, sans faire systématiquement de réflexions, c'est aussi un effort pour beaucoup!! (Ah ben ça y est, tu fais comme Bidule, tu ne manges plus rien...etc) Faites-le!

    J'en conviens, chez les autres, c'est presque une guerre, car si on ne fini pas le pat, c'est "insultant"! Certes, mais se rendre malade trois jours pour un repas où l'on s'est forcé, c'est s'insulter soi-même! Résistez à ce forcing culturel du remplissage à tous prix!

    Remettre les légumes frais au goût du jour! Ca tombe bien, aujourd'hui, il y a cette excellente tendance à ressortir d'anciens légumes, ce qui nous offre un panel formidable, on peu vraiment manger varié! Et les légumes, ça n'a rien d'ennuyeux!

    Non, ce n'est pas si cher que cela de manger frais, nous l'avons testé, c'est même moins cher! Et on sait ce qu'on avale... Sans être obligé de faire des tests ADN du contenu!

    A trois, en légumes pour 7 jours, je compte une moyenne de 25 euros maximum! Je ne compte pas les fruits et le reste, mais franchement, vu le prix d'un plat préparé et ce qu'on y trouve dedans, ça fait réfléchir!

    RépondreSupprimer
  4. suite commentaire Gifibrille
    Et non, ce n'est pas long à faire -à la maison, c'est ensemble en famille, convivialité, prise de bonnes habitudes, apprentissage de la cuisine pour les enfants, et occasion de discuter de la journée entre soi- ça vaut bien la vingtaine de minutes que ça demande à éplucher, couper et laver! Ensuite, dans le panier, cuisson vapeur, c'est la cocotte ou la couscoussière qui travaille, ce n'est pas plus long que décongeler un plat au four!

    Le fait maison n'est ni si difficile, ni si long que ça, ni si fatigant, il faut juste abréger un peu son temps devant un écran de la maison, pour le passer pour le bien-être de tous, si possible ensemble, et lorsque ça devient une habitude quotidienne, surtout si on la transforme en habitude conviviale, ça n'a plus rien de la corvée!

    S'habituer à diminuer les assaisonnements d'office, comme le sel et le gras! Chacun a ses goûts, il est plus facile d'ajouter que d'ôter... Et ça marche! Nous n'utilisons presque plus d'huile, presque plus de beurre, et ça ne nous manque pas! Pour le sel, idem, on trouve même désormais que les choses sont trop grasses et trop salées quand on mange à l'extérieur...

    Pour une salade, ôter l'huile de l'assaisonnement, remplacer par du fromage blanc ou du yaourt, et vous verrez : un super assaisonnement sans gras du tout, c'est divin!

    Manger un quatre heure n'est pas nuisible, si l'on s'en tient à des choses saines! Fromage, pain (pas de l'industriel plein de cochonneries, comme certains pains de mie, mais du vrai pain, aux céréales, par exemple, au seigle...), avec un peu de miel ou de confiture, fruits... Evidemment, je n'encourage pas les gâteaux industriels, ni encore moins les corn flakes et autres consorts qui font enfler comme des grenouilles!!

    Faire attention à manger de préférence ce qui tient au corps le midi, le léger le soir... Du bon sens en somme...

    Réduction aussi de la viande, que notre culture consomme en quantités nettement trop importantes. Nous favorisons les oeufs, viandes blanches, et même pas à tous les repas, le poisson, en doses raisonnables, et on n'en fait pas une maladie si le soir on s'en passe! Mieux, on se sent... mieux! Le sommeil vient mieux, on ne sent ni affaibli, ni affamé, ni en carence!

    Il ne s'agit pas là d'un régime, ce sont juste des habitudes de bon sens! On ne se sent ni frustré, ni en manque de quoi que ce soit... En somme, on ne se sent pas au régime!

    Le poids que l'on perd, on le perd doucement, sans chocs pour le corps, on se met à table en ayant faim, on s'arrête avant d'être gavé, on réapprend à s'écouter, et en somme, à se respecter!

    Et parfois, pour le plaisir, un bout de chocolat ou de gâteau, si possible de qualité, puisque "rare", ça ne fait pas de mal! :-) Si ce n'est pas quotidien évidemment, ni en quantité... industrielles!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Geeeen
      17/04/2013 14:56:17

      Oups ! il me semble que je n'ai rien à ajouter à ce que tu viens d'écrire.
      Tu as tout dit...
      Pour te résumer, c'est surtout au niveau des quantités qu'il faut agir et de la qualité des aliments. Car elle te donne du plaisir à les consommer. Ne jamais se resservir est la règle. Une assiette raisonnable. L'estomac finit pas se refermer.
      Mais au début quand on commence ce style de "restrictions" car il ne faut pas cacher que cela en est toutefois un, tu vas ressentir une sensation de faim. Il faut juste le savoir. Alors par la suite il faut apprendre à se ménager un jour de liberté pour ses envies. Par exemple se dire que le dimanche c'est quartier libre... tu manges de tout.
      10 kilos ! ça commence à faire, pour les vêtements tu as du passer plusieurs tailles en dessous... c'est super, alors bonne continuation et agréable shopping !
      Belle fin de journée pour toi,

      Supprimer
  5. Nadia
    22/03/2013 21:53:37

    Bonjour geeen,
    tu as raison de dire qu'il faut savoir choisir ce que l'on mange mais il y a de nombreux régimes alimentaires existants et il est parfois difficile de s'y retrouver.
    En tout cas il faut essayer de faire preuve de bon sens et éviter les excés et les privations de certains aliments.
    A bientôt
    Nadia

    RépondreSupprimer
  6. Cathy
    26/02/2013 11:44:32

    Bonjour Geeeen,
    J'aime cet article ; par contre dans un régime je supprime le fromage....... Par contre quand je décide de "faire régime il est impensable pour moi de supprimer le café
    Bisous

    RépondreSupprimer

Le petit garçon malade
ne veut plus regarder les images,
il ferme ses yeux las;
il laisse ses mains chaudes
traîner sur le drap.

Sa mère ouvre la fenêtre
et le rideau blanc se balance
sur la rue, ce soir de mai.
Il entend jouer les autres
qui sautent à cloche-pied
en criant sur le trottoir.
Alors il tourne la tête
et pleure en silence
dans don petit bras plié.