La dilution des essences de plantes  

Les huiles essentielles - leur dilution (1)

/
0 Comments

La dilution des essences de plantes 




Aromathérapie

  
Si nous plaçons la notion d'huiles essentielles dans le contexte thérapeutique, nous devons étudier leurs propriétés, déterminées ou non, et cela n'est pas toujours facile à mener. Nous savons aujourd'hui que leurs effets salutaires s'inscrivent dans la tradition des thérapeutiques naturelles de la phyto-aromathérapie. Les composants connus de nos jours ou qui peuvent être isolés sont très nombreux. Ils facilitent et provoquent des réactions chimiques qui, pour certaines, ne sont pas toujours prévisibles.

Nous connaissons mieux qu'il y a deux mille ans leur chimiothérapie agissante, leurs actions indésirables ou non, leurs indications et, le cas échéant, leurs contre-indications. Ces considérations étant faites, il faut que, dans la pratique de l'aromathérapie, la prudence soit de règle lorsqu'on prescrit et on administre un traitement, surtout si celui-ci doit être ingéré par voie buccale.

Pour l'usage externe, les applications sur la peau doivent être faîtes, dans la majorité des cas, par des frictions d'essence diluées dans des huiles végétales légères. Ma mère a toujours donné sa préférence à l'huile de tournesol, fluide, peu grasse, plutôt qu'à l'huile d'amande épaisse et grasse que choisissent souvent les hygiénistes.



D'autres huiles sont utilisées :


  • L'huile de ben qui rancit lentement, ne se congèle pas et n'a pas d'odeur. Légère et douce, elle est appréciée par des parfumeurs dans la préparation des produits de parfumerie et des extraits de fleurs.
  • L'huile d'œillette, fournie par la graine de pavot. Elle est utilisée également dans la fabrication de certains produits cosmétiques, de produits d'hygiène et de dermopharmacie. Elle entre dans la composition du baume tranquille, de l'huile de camomille et de topiques vétérinaires.
  • L'huile de maïs, pas trop grasse, assez fluide, qui est également utilisée pour la fabrication des margarines et en savonnerie.
  • L'huile de jojoba est utilisée comme diluant pour les crèmes, les lotions un peu grasses, les lotions solaires et les lotions pour le corps. Elle entre dans la préparation de produits cosmétiques et de dermopharmacie ainsi que dans certains produits de parfumerie.
  • L'huile d'onagre, riche en acides aminés gras essentiels. Elle assure un renouvellement des cellules de l'épiderme.

Mais il arrive souvent que, lors de la conservation, ces huiles végétales et leurs acides gras créent des incompatibilités avec certains composants des huiles essentielles tels que leurs arômes, leurs substances oxygénées, leurs terpènes, aldéhydes, éthers, phénols, péroxydes ou autres.

Aussi de telles solutions d'huiles essentielles ne sont-elles pas stables ; au bout de quelques mois, elles se troublent et rancissent.

D'autres produits permettent de diluer les huiles essentielles : ce sont les solutions glycérinées, les alcools gras, les éthers d'alcools gras, les esters d'acides gras obtenus à partir de bases végétales. On peut également citer la gamme de myristates qui peuvent être utilisés également comme matières premières pour la cosmétique, les produits de dermo-pharmacie ou de pharmacie.

Suivant leur définition et leurs caractéristiques physico-chimiques, ce sont des supports adaptés pour la dilution des produits cosmétiques ou autres. Ils sont inertes, dépourvus d'action synergique, et chimiquement stables.

Certains myristates sont des éthers d'acides gras à chaîne droite, complètement biodégradables. D'autres sont des esters de l'acide myristique.

Le myristate d'isopropyle est le plus fluide, de viscosité faible et d'une inocuité absolue. Comme agent émollient, il pénètre bien la peau, facilite l'étalement de l'huile et des autres produits actifs auxquels il servirait de support.

Les huiles essentielles diluées avec le myristate d'isopropyle donnent une solution limpide, odoriférante - le pyristate n'altère pas l'odeur -, chimiquement stable, de plus longue conservation qu'avec la dilution par les huiles végétales.

Il a été observé que les complexes aromatiques de traitement qui étaient élaborés avec le myristate d'isopropyle présentaient une très longue durée de conservation, de limpidité et des effets optima de pénétration à travers le derme, ce qui provoquait une action quasi magique en thérapeutique.










Vous aimerez aussi

Show Comments: OR
      

Aucun commentaire:

Le petit garçon malade
ne veut plus regarder les images,
il ferme ses yeux las;
il laisse ses mains chaudes
traîner sur le drap.

Sa mère ouvre la fenêtre
et le rideau blanc se balance
sur la rue, ce soir de mai.
Il entend jouer les autres
qui sautent à cloche-pied
en criant sur le trottoir.
Alors il tourne la tête
et pleure en silence
dans don petit bras plié.