De la récolte et de la conservation des plantes dépend l'action des végétaux car il est essentiel qu'ils conservent le maximum de ...

Récolte et conservation des plantes

/
0 Comments

De la récolte et de la conservation des plantes dépend l'action des végétaux car il est essentiel qu'ils conservent le maximum de leurs principes actifs

Voici la marche à suivre


Aromathérapie (C) Fotolia !


Conservation. Pour les conserver, on les dessèche au soleil, au séchoir, au four ou à l'étuve. Les fleurs doivent être protégées de la lumière, de la chaleur et de l'humidité. On conserve les plantes sur des claies ou en petits paquets suspendus. Auparavant, on mondera, c'est-à-dire on les débarrassera des substances étrangères, des portions mortes ou abîmées.

 Racines. En principe, les racines doivent être séchées à l'air sec et conservées à l'abri de l'humidité. Les racines mucilagineuses sont séchées au four. Écorces et bois seront séchés au soleil ou à l'étuve et conservés à l'abri de l'humidité.
 Fleurs. Fleurs, feuilles semences, doivent être séchées à l'ombre dans un grenier ou une pièce à atmosphère sèche. Les conserver dans des boîtes dans un endroit sec.
 Cueillaison. On cueillera les plantes par temps sec après le lever du soleil et la disparition de la rosée. On cueille les fleurs avant complet épanouissement. Les fleurs d’œillet et de rose se cueillent en boutons. Les feuilles se cueillent avant complet développement, au plus tard au moment de la formation des boutons floraux (sauf pour les plantes dont on emploie les feuilles isolées, soit les sommités fleuries, exemple : les labiées). Les bourgeons se cueillent au printemps, les fruits en automne, les racines au printemps et en automne,, les écorces d'arbres en hiver, les écorces d'arbrisseaux en automne, les écorces de résineux au printemps.



Bien garder à l'esprit que la négligence de ces données a contribué puissamment à faire tomber les plantes, à plusieurs reprises, dans le discrédit.







Vous aimerez aussi

Show Comments: OR
      

Aucun commentaire:

Le petit garçon malade
ne veut plus regarder les images,
il ferme ses yeux las;
il laisse ses mains chaudes
traîner sur le drap.

Sa mère ouvre la fenêtre
et le rideau blanc se balance
sur la rue, ce soir de mai.
Il entend jouer les autres
qui sautent à cloche-pied
en criant sur le trottoir.
Alors il tourne la tête
et pleure en silence
dans don petit bras plié.