Les décoctions de plantes demandent certaines précautions afin de conserver leurs principes actifs Il existe un vocabulaire pour les uti...

Plantes en décoctions, données d'utilisation

/
0 Comments

Les décoctions de plantes demandent certaines précautions afin de conserver leurs principes actifs

Il existe un vocabulaire pour les utiliser ainsi, le connaître, permet d'employer les plantes à bon escient.
Tilleul




On utilise les plantes à la même dose, qu'elles soient fraîches ou sèches, les fraîches étant plus lourdes et leurs principes plus actifs.

- une pincée correspond à 2 à 3 grammes
- une cuillère à dessert à 5 gr
- une cuillère à soupe à 10 gr
- une poignée à 30 ou 40 gr.

Les données indiquées, sans autres précisions, correspondent aux adultes. Pour les enfants, on préparera comme pour les adultes et on coupera d'eau :

- pour un an : une partie de tisane et 4 d'eau
- de 1 à 3 ans : 2 parties de tisane et 3 d'eau
- de 3 à 5 ans : 3 parties de tisane et 2 d'eau
- de 5 à 10 ans : 4 parties de tisane et une d'eau

Pour les adultes et, bien entendu, encore plus pour les enfants, il est parfois nécessaire de connaître la susceptibilité individuelle du malade.

Marche à suivre :

- Lorsqu'il convient de faire bouillir, on met les plantes dans l'eau froide et on amène à ébullition.

- Il vaut mieux boire non sucré ou sucré avec du miel.

- Si l'on ne trouve pas de temps indiqué, l'expression "donner un bouillon" correspond à une ébullition de quelques secondes. On retire du feu et on laisse infuser selon les indications.

- En principe, on fait bouillir les racines, tiges, écorces pendant 5 à 10 minutes.

- On donne un bouillon pour les plantes entières, feuilles semences et sommités fleuries.

- On infuse (c'est-à-dire en versant de l'eau bouillante sur le végétal) les fleurs.

Il est conseillé d'utiliser des casseroles émaillées et non les récipients en métal nu.






Vous aimerez aussi

Show Comments: OR
      

Aucun commentaire:

Le petit garçon malade
ne veut plus regarder les images,
il ferme ses yeux las;
il laisse ses mains chaudes
traîner sur le drap.

Sa mère ouvre la fenêtre
et le rideau blanc se balance
sur la rue, ce soir de mai.
Il entend jouer les autres
qui sautent à cloche-pied
en criant sur le trottoir.
Alors il tourne la tête
et pleure en silence
dans don petit bras plié.