D'une manière générale, qu'elles soient, selon les cas, employées fraîches, en poudre, en infusion, en décoction, par voie interne...

Définition et propriétés des Huiles Essentielles

/
0 Comments
D'une manière générale, qu'elles soient, selon les cas, employées fraîches, en poudre, en infusion, en décoction, par voie interne ou externe (fumigations, liniments, bains, cataplasmes ...)

Utilisation des Huiles Essentielles

Les plantes n'ont jamais trahi les espoirs nourris à leur endroit. A une seule condition toutefois c'est qu'elles aient été récoltées au moment opportun, aux lieux prédestinés, c'est qu'elles aient été séchées, conservées avec art, afin que leur puissance demeure intacte. A une autre condition également - cela va sans dire - c'est qu'elles aient été utilisées à bon escient, chacune selon ses possibilités, innombrables d'ailleurs, et souvent source d'étonnement.

lavande, aromathérapie



 Il est aussi à noter qu'à la différence de nombreux médicaments modernes, les plantes ou les essences, judicieusement employées, sauf pour de très rares exceptions et chez des individus prédisposés, ne sauraient provoquer d'incidents, à fortiori le moindre accident ce qui, en conviendra-t-on, mérite qu'on s'y attache.

Les huiles essentielles préexistent en majeure partie dans les plantes aromatiques qui alimentent les alambics des distilleries. On en retrouve dans les poils, les canaux secréteurs, les poches sécrétrices, ainsi que dans le péricarpe. A la distillation par la vapeur d'eau, ces huiles essentielles sont entraînées et séparées de leurs eaux florales. Cependant quelques huiles essentielles ne préexistent pas mais se forment pendant la distillation.

Les huiles essentielles sont les composés d'éléments biochimiques : d'hydrocarbures, c'est-à-dire terpènes et sesquiterpènes, d'oxydes ainsi que d'éléments aromatiques nombreux tels que phénols, alcools terpénique et sesquiterpénique, esters et éthers, cétones, acides et aldéhydes. Certaines contiennent des produits sulfurés (plantes crucifères, liliacées, capucine, ail, oignon). Elles sont souvent associées à des gommes, des résines, ce qui les résinifie par l'exposition à l'air ou par une longue conservation, d'où la nécessité indiquée au précédent chapitre de pratiquer leur déterpénation.

En général, elles sont liquides, quelquefois solides (bornéol) ou constituées d'un mélange liquide/solide, l'un étant en contact avec l'autre (essence de rose). La plupart des huiles essentielles sont plus légères que l'eau. Il en est de plus lourdes cependant (ail, amande amère, cannelle, sassafras entre autres).

Les huiles essentielles sont des produits huileux, volatils, odorants, âcres, inflammables, solubles dans les huiles végétales, les huiles fixes, les myristates, les éthers d'alcools gras, les esters, l'éther et ses dérivés, l'alcool, les savons, les poly-alcools gras. Cette solubilité très étendue à divers produits est largement exploitée pour fabriquer les produits cosmétiques, de parfumerie ou de dermopharmacie dans lesquels on utilise les huiles essentielles les plus odorantes.

En outre, elles ont la propriété de dissoudre les graisses, l'iode, le soufre ou le phosphore. Elles agissent comme un solvant à la manière de l'éther sur les lipides et le cholestérol. Elles réduisent certains sels. Par contre, elles ne sont pas solubles dans l'eau, à laquelle elles communiquent leur odeur. Mais il est possible de les "hydrodisperser" en opérant une émulsion poussée par un battage prolongé.

Les caractéristiques physiques qui permettent d'identifier les huiles essentielles sont leur densité, de l'ordre de 0,759 à 1,096, leur température d'ébullition, leur température de solidification, leur solubilité dans les alcools à différents titres, leur indice de réfraction, leur pouvoir rotatoire. Certaines essences sont dextrogyres, d'autres lévogyres, rares sont celles qui restent inactives à la lumière polarisée.

Les huiles essentielles sont généralement incolores. Toutefois, certaines sont colorées en vert (essence d'absinthe), en rouge orangé (cannelle), en jaune vert ou vert brun suivant les proportions variables de l'asulène qu'elles contiennent. Cette dernière substance est d'un bleu particulier et figure à 1 % dans l'essence de camomille. C'est par la distillation fractionnée qu'est obtenue la séparation de l'azulène des autres constituants de l'huile essentielle.

Aux côtés de l'huile essentielle, la plante contient, dans certains de ses organes, des "hétésorides", produits glucosides, constituants fixes, non volatils, non générateurs d'arôme, mais puissamment actifs au point de vue pharmacologique. Ce sont des constituants qui se dégagent dans les infusions, les macérations, les décoctions, les teintures-mères, les alcoolats. Les huiles essentielles préformées coexistent avec les hétérosides, entre autres dans les rosacées, la sauge officinale, la menthe poivrée, la rue, le genêt, l'aubépine, la camomille (matricaire et romaine), les ombellifères, les labiées, les conifères, les myrtacées, les composées, les rutacées, l'angélique (riche en terpène), l'absinthe, tous les agrumes et particulièrement dans les plantes médicinales méditerranéennes aromatiques.

L'huile essentielle possède certaines propriétés médicinales, et l'hétéroside détermine une valeur pharmacologique autre qui peut être mise en évidence par la chromatophotographie sur une couche mince. (Phyto-cosmétique de RM Gattefosse, P.Duquesnois). L'alliance de l'huile essentielle et de l'hétéroside leur confère des pouvoirs et des applications que n'aurait pas l'huile essentielle seule.




Vous aimerez aussi

Show Comments: OR
      

Aucun commentaire:

Le petit garçon malade
ne veut plus regarder les images,
il ferme ses yeux las;
il laisse ses mains chaudes
traîner sur le drap.

Sa mère ouvre la fenêtre
et le rideau blanc se balance
sur la rue, ce soir de mai.
Il entend jouer les autres
qui sautent à cloche-pied
en criant sur le trottoir.
Alors il tourne la tête
et pleure en silence
dans don petit bras plié.