LES MENTHES

Les menthes, menthol, menthe poivrée, myrthe, formules, mélanges, pommades

/
0 Comments

LES MENTHES

Menthe



MENTHA PIPERATA
Labiée





Plante indigène cultivée.

Dérivant probablement d'un hybride de mentha viridis (menthe verte)


Appellation commune : menthe anglaise.

Cultivée sur de grandes étendues en France, Italie, Angleterre, Amérique. On utilise les feuilles et l'essence obtenue par distillation à la vapeur des feuilles et des sommités fleuries.

PRINCIPAUX CONSTITUANTS CONNUS :



- Surtout une essence (2 à 3 %) qui contient de 30 à 70 % de menthol, des terpènes menthène, phellandrène, limonène ...) une cétone (menthone), du tanin.  
L'essence a plus de qualité chez les plantes venues des contrées froides (Angleterre : variété Mitcham, du nom de la localité anglaise où elle est le plus cultivée).


PROPRIÉTÉS :


usage interne :

- stimulant du système nerveux, tonique général
- stomachique
- antispasmodique (gastrique, colique)
- carminatif
- antiseptique général, surtout intestinal
- analgésique faible (intestinal)
- emménagogue
- expectorant
- vermifuge
- légèrement aphrodisiaque
- antilaiteux
- à forte dose, entrave le sommeil


usage externe :

- antiseptique
- parasiticide
- antispasmodique
- antalgique
- éloigne les moustiques

INDICATIONS :


usage interne :

 - fatigue générale
- atonie digestive - indigestions
- gastralgies
- aérophagie
- spasmes gastriques et coliques
- flatulences, diarrhées, choléra
- intoxications d'origine gastro-intestinale
- fétidité de l'haleine des dyspeptiques
- affections hépatiques
- vomissements nerveux
- palpitations et vertiges
- migraines - tremblements - paralysies
- dysménorrhées - règles insuffisantes
- impuissance
- asthme - bronchite chronique (favorise l'expectoration)
- tuberculose
- parasites intestinaux

usage externe :

- gale
- asthme - bronchites - sinusites
- migraines - névralgies dentaires
- moustiques (les éloigne)


MODE D'EMPLOI :

usage interne :

- infusion : une cuillerée à dessert de feuilles par tasse d'eau bouillante. 3 tasses par jour, après ou entre les repas (attention aux susceptibilités individuelles : peut empêcher le sommeil)
- alcoolat : 15 à 20 gouttes dans un verre d'eau sucrée.
- sirop : 20 à 100 gr par jour.
- essence : 2 à 5 gouttes plusieurs fois par jour, en potion ou sur du sucre (toutes les 5 minutes dans les spasmes) doses moyennes : 0,05 à 0,30 gr par jour (45 gouttes au gr). 
  

- elixir stimulant :


alcool de menthe ........ 20 gr
sirop de sucre .......... 100 gr
eau de cannelle ......    50 gr

par cuillerées à café ou à soupe.


- potion stomachique :


- alcool de menthe .... )    aa     15 gr 
- alcool d'anis ..........)
- sirop de cannelle .. )      30 gr
- eau de tilleul ......... )     120 gr

par cuillerées à café ou à soupe.


usage externe :


- en inhalations (dans l'asthme, la bronchite, les sinusites)
- en onctions pour soulager les migraines, les névralgies dentaires
- contre la gale : voir à lavande : pommade
- pour éloigner les moustiques : déposer pour la nuit quelques gouttes de menthe sur l'oreiller
- l'essence de menthe est utilisée dans les dentifrices, divers collutoires. Son action antispasmodique est employée dans certains purgatifs.


N.B.

  1. - On ne saurait trop conseiller d'ajouter des feuilles de menthe aux crudités et aux salades.
  2. - La décoction de mousse de Corse dans laquelle on a fait infuser une pincée de feuilles de menthe est un des meilleurs vermifuges pour enfants.
  3. - Contre la suppression des règles : une pincée de feuilles de menthe sauvage, de romarin, d'armoise, de sauge : infuser à froid pendant 8 jours dans 2 litres de vin rouge. Passer. Prendre un verre le matin, à jeun, pendant 10 jours.
  4.  - L'essence de menthe tue le staphylocoque en 3 h 30 (L. Sévelinges). Elle neutralise le bacille de la tuberculose à la dose de 0,4 °/00
  5. - Voir à girofle une formule d'élixir dentifrice.
  6. Voir à romarin : formule de bains aphrodisiaques.
  7. - Autre élixir dentifrice :

eau-de-vie de gaïac ....     187 gr
eau-de-vie camphrée ......     4 gr
essence de menthe .....      VI gouttes
essence de cochléaria .      VI gouttes
essence de romarin .....      VI gouttes

Spécialités :

- Gouttes aux essences


____________________

Autres variétés de menthe

Thé marocain à la menthe


1 - MENTHE DU JAPON : mentha arvensis, mentha pipirascens, son essence contient 75 % de menthol. Principale source d'essence et de menthol : plus des 3/4 de la production mondiale.

2 - MENTHES crépue (crispa, verte (viridis), aquatique ...



MENTHOL


C'est l'alcool mentholique (camphre de menthe) qui se sépare, cristallisé, des essences de menthes soumises à l'action du froid.



PROPRIÉTÉS :


- peu recommandable en usage interne (irritant de l'estomac)
- analgésique local, sous forme de pommades, crayons, contre les névralgies, maux de tête
- antiseptique sous forme d'inhalations, pulvérisations, solutés huileux



MODE D'EMPLOI :

usage externe :

- contre le coryza : poudres composées au 1/50è et au 1/100è
- contre le prurit : poudre au 1/20è
- vaseline mentholée à 1 %
- crayons antinévralgiques
- solutions alcooliques ou éthérées pour pulvérisations et piqûres d'insectes
- mélanges divers pour analgésie et antisepsie dentaires


- liniment analgésique :


menthol  ........... 3 gr 
chloroforme ..... 15 gr
huile de jusquiame   30 gr

- mélange antinévralgique : 


menthol ........    )  aa         1 gr
gaïacol ..........    )
alcool absolu .   )             18 gr
étendre sur les points douloureux à l'aide d'un pinceau

- mélange contre les névralgies intercostales :


menthol ............ )      aa      5 gr 
camphre ........... )
hydrate de chloral ..)


- en onctions sur les points douloureux.

 - mixture pour inhalations : 


menthol .....)              2 gr 
teinture de benjoin ....    100 gr
teinture d'eucalyptus ....)

une cuillerée à café dans un bol d'eau bouillante.

- Comprimés pour inhalations (voir à eucalyptus).

- Pommade antiprurigineuse :


menthol ............  1 gr
oxyde de zinc .. 25 gr
amidon ...........  25 gr
vaseline .........  49 gr

_____________________

MENTHE POIVREE


Propriétés antispasmodique,
stomachique,
carminative.
Traitement des atonies digestives, flatulence, aérophagie, nausée, vomissements.
Désintoxicant et draineur dans les lithiases biliaires.
Sédatif dans les cas de douleurs, de cholécystite, vertiges migraineux, névralgies et de l'angine de poitrine.
Calmant et antispasmodique dans les dystonies neuro-végétatives et les troubles de la ménopause.


Fatigue générale

atonie digestive, indigestions, aérophagie
douleurs gastriques
ballonnements, diarrhées, choléra, intoxications d'origine
gastro-intestinale
spasmes gastriques et coliques
affections hépatiques
vomissements nerveux
palpitations et vertiges
migraines, tremblements, paralysies
règles douloureuses et difficiles
asthme, bronchite chronique
impuissance (action légère)
parasites intestinaux
en usage externe : migraine, névralgies dentaires
gale, éloignement des moustiques





______________________

MYRTHE

famille des myrtacées


Propriétés balsamiques.
Antiseptique des voies respiratoires supérieures.
Traitement des toux du fumeur : toux d'irritation, toux spasmodiques, catarrhe bronchique.

La myrte :


  • Dissout les sécrétions bronchiques et irritatives provoquées par le tabac. 
  • Lutte contre les infections microbiennes des maladies du domaine O.R.L. (diverses formes de rhinites) et des voies urinaires.

Astringent, soulage les hémorroïdes et assèche les leucorrhées.

Très nombreuses propriétés :

Antispasmodique,
analgésique,
sédatif du système nerveux et de l'excitabilité cérébro-spinale (migraine, vertiges, insomnie, spasmes).
Anti-infectieux et anti-inflammatoire dans la sphère O.R.L. (rhinite, rhinopharyngite, sinusite, otite, blépharite et les orgelets).
Modificateur des sécrétions bronchiques dans les toux d'irritation, toux bronchique, toux quinteuse et toux spasmodique des fumeurs.


Efficace dans l'asthme


Bactéricide à l'égard des germes Gram + et Gram -

. Traitement des mycoses, candidoses, parasites intestinaux.

Utilisée pour soigner les maladies génito-urinaires, blennorragie, syphilis, chancre, et les cystites et leucorrhées.


Voir : les maladies respiratoires









Vous aimerez aussi

Show Comments: OR
      

Aucun commentaire:

Le petit garçon malade
ne veut plus regarder les images,
il ferme ses yeux las;
il laisse ses mains chaudes
traîner sur le drap.

Sa mère ouvre la fenêtre
et le rideau blanc se balance
sur la rue, ce soir de mai.
Il entend jouer les autres
qui sautent à cloche-pied
en criant sur le trottoir.
Alors il tourne la tête
et pleure en silence
dans don petit bras plié.