Un syndrome de plus en plus répandu Dont il est inutile de donner une définition. Sonnette d'alarme pour ceux qui travaillent trop et...

La fatigue, explications, traitements

/
0 Comments

Un syndrome de plus en plus répandu

Dont il est inutile de donner une définition. Sonnette d'alarme pour ceux qui travaillent trop et "ne sentent pas leur force", elle peut être la conséquence de nombreuses causes


Voilà pourquoi on tombe plus facilement malade quand on est fatigué par Gentside Découverte





FICHE La   Fatigue


La fatigue (wikipédia LDD)


La fatigue musculaire due à des efforts exagérés est facile à distinguer, encore plus facile à traiter puisque le repos suffit.






La fatigue intellectuelle est plus complexe. Elle fait intervenir la limite des possibilités cérébrales. Or un intellectuel fatigué perd très vite "le moral" et se sent mal dans sa peau. Il faut de singulières forces extérieures pour le guérir d'un coup, tout au moins temporairement : on a vu des grabataires capables de prouesses quand leur maison brûlait.


CAUSES


 Maladies de toutes natures (diagnostic médical indispensable). "L'éternel fatigué" fait sourire mais le "secoue-toi" systématique n'est pas toujours une solution. Mieux vaut encore inventorier les surrénales et la thyroïdes ... et le reste.

 La maigreur, l'obésité, les troubles endocriniens divers, l'hépatisme et la colite, les douleurs rhumatismales persistantes, la ménopause et l'andropause, l'arthérosclérose, la sénescence normale ou prématurée ... toutes les déficiences organiques peuvent avoir en commun une sensation de fatigue plus ou moins accusée et plus ou moins durable.

- Chez le jeune, une croissance trop rapide en plus de certaines causes envisagées plus haut.

- Surmenage intellectuel ou au contraire.

- Manque d'intérêt pour son travail ou ses occupations.

- Influences climatiques (elles sont temporaires sous nos cieux mais on comprend que sous les Tropiques il en soit autrement).

- Soucis professionnels et familiaux, tous les stress répétés en général.

- Manque de sommeil.

- Alimentation insuffisante ou déséquilibrée.

  La dépression nerveuse  

Ou syndrome dépressif - est la suite naturelle de maintes fatigues traînantes. Son traitement ne relève pas du psychiatre mais du médecin généraliste qui oubliera certains préceptes à l'usage des étudiants ; un dopant le matin, un tranquillisant dans la journée, un hypnotique le soir. Bien entendu, il s'agit exclusivement de produits de synthèse. On croit rêver mais on ne rêve plus lorsqu'on apprend que des milliers de personnes : hommes femmes ou enfants,  la suite d'un coup de cafard qui aurait pu être traité facilement, parfois en quelques jours, ingurgitent depuis des mois ou des années plusieurs produits chimiques chaque jour.

RÉSULTAT : l'enfant n'a pu poursuivre ses études, la femme n'a pas pu tenir son foyer, le mari s'est fait un jour mettre à la porte.

Laissons donc de côté - toujours sauf exceptions très rares - la plupart des produits modernes hétéroclites, ces fortifiants et tranquillisants "absolus", auxquels nombre d'auteurs dénient toute activité réelle.

TRAITEMENT :



Plus que partout ailleurs, il ne doit pas être symptomatique mais celui de la cause.

Les traitements particuliers exigés par une affection précise sont l'affaire du médecin.

Pour les cas banaux, objets de cet article :

- alternance du travail et du repos (idée simple à retrouver) ;
- changement d'occupation : "un travail délasse d'un autre" ;
- exercice quotidien modéré et oxygénation ;
- sommeil suffisant ;
- un minimum de sérénité en face des contrariétés obligatoires de l'existence, à quelques nuances près, partagées par tout le monde. L'habitude de gémir entraîne la lassitude ... même du voisin ;
- en cas de nécessité : séparation, changement d'employeur ou de profession.


Du point de vue interne :


- alimentation saine, équilibrée, compléments alimentaires (voir fiche : difficultés scolaires - à venir) ;

- phosphore, magnésium, kola, eau de mer, gelée royale, suppositoires à base d'extraits de cerveau et de moelle, extraits de foie ... ;

- un drainage hépatique et tissulaire, un dépuratif sous forme de tisanes quotidiennes (magasins spécialisés) ...) ou avec la préparation :

CYNARA (Artichaut)aa qsp
FUMARIA (Fumeterre)125 ml
URTICA (Ortie)
TARAXACUM (Pissenlit)

50 gouttes dans 1/2 verre d'eau au lever et au coucher ;

- les régulateurs nervins végétaux sont souvent indiqués dans les états de fatigue fréquemment accompagnés d'insomnies, d'angoisses, d'obsessions. On les choisira parmi la valériane, la passiflore, le lotier, le mélilot, l'aubépine ... exemple :
 


VALÉRIANE
LOTIERaa qsp 60 ml
AUBÉPINE

  30 gouttes dans un peu d'eau deux ou trois fois par jour ;


- l'hydrothérapie

(les bains aromatiques ou associant les algues marines aux huiles essentielles sont à la fois relaxants et tonifiants );

- les cures thermales

- la thalassothérapie 

ont des effets bien connus dues à leurs eaux, au repos exigé, au changement d'air

aussi ;

- les cures climatiques

(que les prédécesseurs savaient si parfaitement utiliser) ;

- enfin, dans les états de fatigue dus au vieillissement normal ou prématuré, on envisagera la thérapeutique cellulaire qui, depuis plus de quarante ans, continue à tenir ses promesses, toutes choses égales d'ailleurs, à condition d'être bien appliqué.












Vous aimerez aussi

Show Comments: OR
      

Aucun commentaire:

Le petit garçon malade
ne veut plus regarder les images,
il ferme ses yeux las;
il laisse ses mains chaudes
traîner sur le drap.

Sa mère ouvre la fenêtre
et le rideau blanc se balance
sur la rue, ce soir de mai.
Il entend jouer les autres
qui sautent à cloche-pied
en criant sur le trottoir.
Alors il tourne la tête
et pleure en silence
dans don petit bras plié.